Sophia Robot expressions humaine - Blog SFAM

Sophia est un robot de conversation aux incroyables talents, notamment sur le plan des expressions de visage. Le réalisme du rendu et la précision de l’intelligence artificielle impressionnent. Une création à la fois fascinante et inquiétante.

Les lois de la robotique de ce bon vieil Isaac Asimov sont plus que jamais d’actualité… Pour rappel, l’auteur de science-fiction avait défini trois lois que devait absolument respecter la programmation de l’IA d’un robot.

  1. Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, en restant passif, permettre qu’un être humain soit exposé au danger.
  2. Un robot doit obéir aux ordres qui lui sont donnés par un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la première loi.
  3. Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n’entre pas en conflit avec la première ou la deuxième loi.

Capable de reproduire jusqu’à 60 mimiques humaines

Difficile de ne pas repenser à ces lois face à un robot de la trempe de Sophia. Créé en 2015 à Hong-Kong par Hanson Robotics, ce robot spécialisé dans la conversation se distingue des autres par le réalisme de son visage et de ses expressions. Sophia est en effet capable de reproduire jusqu’à 60 mimiques humaines, en parfaite adéquation avec la teneur de son discours (tristesse, joie, colère, anxiété…).

Mieux (ou pire) : elle est équipée d’une redoutable intelligence artificielle. Elle peut ainsi analyser les expressions de visage et les intonations de voix de son interlocuteur. Elle n’oublie aucun visage, et sait reconnaître toutes les personnes avec qui elle s’est entretenue.

« Toutes les intelligences artificielles apprennent les unes des autres »

Elle apprend aussi beaucoup plus vite que la plupart des intelligences artificielles. Elle est entraînée par SingularityNet, une entreprise spécialisée dans l’IA décentralisée, dans le cadre d’un « AI mind cloud ».

« Le AI mind cloud connecte tous les produits du studio de SingularityNet avec les « pensées » de Sophia et des autres robots. Vous avez une sorte d’organisme biologique digital où toutes les intelligences artificielles de la plateforme apprennent les unes des autres », expose Ben Goertzel, directeur scientifique de Hanson Robotics.

En clair, toutes les IA et tous les robots de la firme apprennent comme s’ils étaient un seul et unique esprit – sur le même modèle que les voitures autonomes. De quoi faire de rapides progrès, et développer très vite un esprit vif et tranchant. Mais rien d’inquiétant là-dedans, l’humain garde toujours le contrôle… Mais pour combien de temps ?