honor 9x pro smartphone milieu gamme - Blog SFAM

Durant une conférence remplaçant celle programmée au MWC 2020, Honor a dévoilé son nouveau smartphone milieu de gamme, le 9X Pro. Pour moins de 250 euros, il propose un mix entre puissance raisonnable, capacités photo boostées et brillante réussite esthétique. Même l’absence de Google ne semble pas un handicap rédhibitoire.

Comme tous les constructeurs, Honor a maintenu les présentations de ses nouveaux téléphones malgré l’annulation du MWC 2020 pour cause de coronavirus. La filiale de Huawei a donc levé le voile, fin février, sur son très attendu 9X Pro. Et, au-delà d’une nomenclature discutable (accoler le qualificatif « Pro » à un smartphone à 249 euros, le même tarif que le Huawei 9X de la fin 2019 ?), ce téléphone ne déçoit pas.

Honor 9X Pro : esthétiquement splendide, avec des performances plus que correctes

Pour commencer, il est esthétiquement splendide. Son module pop-up en façade lui offre un écran immaculé. Qui met bien en valeur une dalle LCD XXL (6,59 pouces). Ses motifs irisés au dos, signature de la marque, lui donnent un coté premium du meilleur aloi.

Niveau performance, le Honor 9X Pro devrait s’en sortir honorablement dans sa gamme de prix. Il est propulsé par un SoC maison, le tout nouveau Kirin 810. Huawei a l’art d’offrir un maximum de puissance à ses processeurs milieu de gamme. Le smartphone, bien soutenu par 6 Go de RAM et 256 Go de stockage, devrait donc tourner comme une horloge. La batterie de 4 000 mAh promet une belle autonomie. Malgré l’absence (compréhensible) de la charge rapide.

Un vrai effort sur la photo, une absence de Google pas si préjudiciable

Rayon photo, Honor a vu grand. Trois modules, dont, en principal, un 48 mégapixels avec pixel binning, assurant une luminosité de haut niveau. Associé à un ultra-grand angle et un capteur de profondeur, il devrait offrir des performances photographiques plus que correctes pour son tarif.

Le talon d’Achille de cet Honor 9 X Pro demeure l’absence de Google. Les sanctions américaines n’étant pas levées, le téléphone ne dispose nativement d’aucun composant du géant du web. Mais il s’agit d’un smartphone milieu de gamme. Ceux qui le choisiront n’attendront pas de lui qu’il fasse tourner 120 applications. Dès lors, l’AppGalery de Huawei, certes nettement moins fournie que le Google Play (ou même l’Apple Play), devrait offrir la quasi-totalité des applications souhaitées par un utilisateur de ce téléphone. Un handicap clairement moins grand qu’avec un flagship. Qui n’empêchera donc pas de craquer pour cette petite bombe bien équilibrée !

Retrouvez d'autres articles comme celui-ci sur notre blog high tech SFAM.