SQ 20 Fujifilm - Blog SFAM

Les appareils permettant dimprimer immédiatement des photographies, sur le modèle des Polaroids dantan, ont le vent en poupe. Ce marché en pleine croissance est dominé par Fuji. Le constructeur japonais vient de présenter la deuxième génération de son appareil, le SQ 20. Avec une foule de petites options bien pensées.

Le marché des appareils photo instantanés se porte particulièrement bien. Surfant sur la vague de la nostalgie des Polaroids, les ventes mondiales de ces appareils devraient approcher les 500 000 exemplaires en 2018. Une très forte progression par rapport à l’année dernière.

Fuji ne veut pas sendormir sur ses lauriers

Et ce marché est dominé par un produit. Qui ne fait pas partie de la marque Polaroid Originals. C’est l’Instax Square SQ 10 de Fujifilm. Lancé en mai 2017 avec son format carré (6,2 cm x 6,2 cm) et sa retouche photo avant impression, il s’est immédiatement imposé comme la référence dans le domaine.

Mais Fuji n’est pas décidé à se reposer sur ses lauriers. Et le constructeur japonais nous a concocté quelques jolies surprises pour la seconde génération de l’Instax, le SQ 20.

Une prise de vue vidéo pour vous assurer dune photo idéale

La principale s’appuie sur la vidéo. Vous braquez le sujet choisi, et vous tournez une petite vidéo à 3 images par seconde. D’une durée allant jusqu’à 15 secondes. Vous pouvez ensuite faire défiler la vidéo image par image. Et sélectionner la meilleure prise de vue. Une sorte de mode rafale à la mode Polaroid.

Une fois votre photo idéale choisie, vous pouvez la recadrer et la retoucher avant de l’imprimer. Et, niveau retouche, le SQ 20 vous en mettra aussi plein la vue. Vous pouvez ainsi appliquer jusqu’à 18 filtres sur vos photos. Vous pouvez aussi ne conserver qu’une couleur et laisser le reste de l’image en niveau de gris. Une option vous permet également de doser le vignettage de la prise de vue — pour un effet résolument vintage.

Cher, mais délicieusement old school

Dernière carte dans la manche du SQ 20 : la double exposition. Vous pouvez faire fusionner jusqu’à quatre clichés pris simultanément. Pour retrouver le charme des corps en mouvement déformés. Ou, au contraire, décomposer un mouvement à la Jules-Etienne Marey.

L’appareil reste assez onéreux. Prix de base : 199 euros. Plus un euro par photo imprimée. Mais le charme old school des clichés réalisés continuera d’en faire un cadeau de Noël plébiscité. À raison.

Retrouvez d'autres articles comme celui-ci sur notre blog high tech SFAM.