assurance risques - blog Sfam

Une étude récente s’est penchée sur les facteurs qui motivent le choix d’une entreprise de souscrire une assurance. Si le niveau d’aversion au risque des décideurs est bien entendu déterminant, d’autres variables rentrent en ligne de compte. Les différences de taille, de puissance financière, d’activité et de structure s’avèrent ainsi les plus cruciaux.

Simone Krummaker, maître de conférences en assurance à la Cass Business School (City University of London), vient de publier une étude. Le document détaille les facteurs qui motivent le choix d’une entreprise de souscrire une assurance.

« L’assurance joue un rôle important dans les stratégies de gestion des risques des entreprises, mais au-delà des exigences légales, celles-ci prêtent peu d’attention aux domaines et à l’étendue à couvrir », précise ainsi la chercheuse.

« Au niveau individuel, la souscription d’une assurance s’explique par notre aversion au risque »

Dans le détail, l’aversion au risque de la direction s’avère bien entendu décisive. Il s’agit du facteur numéro 1 dans le choix d’une assurance. Mais plusieurs conditions peuvent influencer cette attitude face au risque. « Au niveau individuel, la souscription d’une assurance s’explique par notre aversion au risque. Mais au niveau des entreprises, ce facteur est influencé par des différences de taille, de puissance financière, d’activité et de structure », expose ainsi Simone Krummaker.

La première de ces conditions est ainsi la structure de propriété de l’organisation. Si l’entreprise a un seul propriétaire, ce dernier influe seul le choix de l’assurance. Si l’entreprise est plus étendue, les investisseurs deviennent prépondérants.

La taille de l’entreprise et la diversification de l’activité sont également fondamentales. Une grande structure peut gérer en interne le risque, les sinistres et les indemnisations. Une petite aura, à l’inverse, davantage recours à un assureur externe. De même, une entreprise fortement diversifiée peut lisser les risques en fonction de ses activités. Elle aura donc moins besoin d’une assurance qu’une société travaillant dans un unique secteur.

Prendre conscience des choix qui motivent le choix d’une assurance

De même, assez logiquement, une entreprise solide financièrement et aux revenus réguliers se passera souvent d’une assurance. Là où une société fragile ou aux revenus volatils aura besoin de services d’un assureur pour faire face aux inévitables imprévus.

« L’assurance peut être un problème complexe pour les organisations, en particulier pour celles moins bien établies dans le contexte économique actuel. La connaissance des raisons sous-jacentes aux choix des organisations en matière d’assurance et de gestion des risques peut aider les assureurs à attirer leurs clients, tout en permettant aux organisations d’atténuer les risques en toute confiance, sans accumuler des coûts injustifiés », conclut la chercheuse.

Retrouvez d'autres articles comme celui-ci sur notre blog high tech SFAM.