camera-numerique-geante

Elle mesure 3 mètres sur 1,65, pèse 2,8 tonnes, pour une impressionnante définition de 3,2 gigapixels. Elle est en cours de finition dans un laboratoire de l’université de Stanford, en Californie. C’est la plus grande caméra du monde. Mais que va-t-elle bien pouvoir filmer ?

Les chercheurs du Laboratoire national de l’accélérateur SLAC sont en train d’achever une caméra plus qu’étonnante. La caméra construite par cette unité de recherche en physique, gérée par l’université de Stanford (Californie, États-Unis), présente en effet une taille proprement pharaonique.

Une image d’une pureté invraisemblable

Cette caméra numérique géante est unique. Elle mesure 1,65 mètre de haut sur 3 de large. Elle pèse le maigre poids de 2 8000 kilogrammes. Elle dispose de 189 capteurs, de 16 mégapixels chacun. Soit une définition totale de 3,2 gigapixels ! Bonus technologique : les capteurs sont maintenus dans un cryostat à -100°C. Cela permet d’éviter les dépôts de poussière et les bruits – pour une image garantie 100% sans parasites. Cette caméra est capable de prendre toutes les 20 secondes une image avec un temps de pose de 15 secondes.

Mais à quoi peut bien servir un monstre pareil ? Si vous ne l’aviez pas encore compris, cette camera numérique géante va équiper un télescope. Et pas n’importe quel télescope ! Il s’agit du Large Synoptic Survey Telescope (LSST), en cours de construction, à 2 680 mètres d’altitude sur le cerro Pachón, une montagne chilienne.

caméra-géante-coupe

10 milliards de galaxies dans le viseur de cette camera numérique geante

Cette caméra permettra en effet aux scientifiques de mesurer les plus petits changements dans le ciel. Elle s’intègre donc parfaitement à la mission scientifique du LSST. Le télescope et ses trois miroirs vont en effet, durant les dix années à venir, réaliser un relevé de l’univers en trois dimensions.

Les scientifiques espèrent ainsi en savoir plus sur l’énergie noire, qu’on soupçonne d’être à l’origine de l’expansion de l’univers. La caméra XXL va ainsi réaliser des images de plus de 10 milliards de galaxies. Elle devrait être installée à l’horizon 2020 sur le LSST. Ce dernier sera mis en service à l’horizon 2022.